unesco chemin compostelle 20 ans

Chargement...
btn plan

Eglise Sainte-Marie

Oloron-Sainte-Marie
Pyrénées-Atlantiques, Nouvelle-Aquitaine
Eglise Sainte-Marie©ACIR / JJ GelbartEglise Sainte-Marie©ACIR / JJ GelbartEglise Sainte-Marie©ACIR / JJ GelbartEglise Sainte-Marie©ACIR / JJ Gelbart
Actualités
  • ven. 01 oct.
    Exposition
    Une géographie des circulations vers Compostelle
    Voilà une exposition très originale réalisée par les géographes de l’Université Toulouse-Jean Jaur&egr...
    + en savoir plus
ÉVENEMENTS CULTURELS

Le centre d'interprétation de l'architecture et du patrimoine, rue de l'intendant d'Etigny
https://pah.pyreneesbearnaises.fr/

CONTACTS

Office de Tourisme  Oloron Sainte-Marie
Allées du Comte de Tréville
64401 Oloron-Sainte-Marie
Tél. : 05 59 39 98 00
Courriel : accueil@tourisme-oloron.com
Site Internet : www.tourisme-oloron.com

ACCÈS

A pied :  Voie d’Arles (GR®653) et Voie des Piémonts (GR®78)


En voiture : A64, RN134, RD936


En train : gare SNCF d’Oloron-Sainte-Marie - www.ter-sncf.com


En avion : aéroport Pau-Pyrénées à 40 km - www.pau.aeroport.fr

Oloron-Sainte-Marie, capitale du Haut-Béarn, est située aux départs des vallées béarnaises, notamment de la Vallée d’Aspe, qui est depuis l’Antiquité un axe important de passage grâce au fameux col du Somport.

En 1102, l’évêque d’Oloron Roger de Sentis et le Vicomte de Béarn Gaston IV le Batailleur se lancent dans la (re)construction d’une cathédrale dédiée à sainte Marie, qui s’inscrit dans la politique de Reconquista en passant par la dévotion à saint Jacques. Elle se caractérise par une tour-porche abritant un portail sculpté roman. Comme la cathédrale de Bayonne, l’édifice possède un chevet à déambulatoire, nécessaire à la pratique du pèlerinage, couronné de cinq chapelles rayonnantes. L’une d’entre elles est dédiée à saint Grat, premier évêque d’Oloron, connu pour avoir assisté au Concile d’Agde en 506.


Si de nombreux détails décoratifs à l’intérieur de l’édifice en témoignent déjà, le portail constitue l’illustration la plus flagrante des échanges culturels liés aux chemins transpyrénéens.


Réalisé par deux ateliers distincts intervenus à partir de 1120 puis de 1140, l’ensemble du portail est harmonieux. Le tympan relate une crucifixion traitée en méplat, les autres éléments ont été réalisés en ronde-bosse par le Maître d’Oloron dont on retrouve la production le long des chemins vers Compostelle à Lacommande, Sainte-Engrâce et Uncastillo.