unesco chemin compostelle 20 ans

Chargement...
btn plan

Eglise collégiale Notre-Dame-en-Vaux

Châlons-en-Champagne
Marne, Grand Est
Eglise Notre-Dame-en-Vaux©ACIR / JJ GelbartEglise Notre-Dame-en-Vaux©ACIR / JJ GelbartEglise Notre-Dame-en-Vaux©ACIR / JJ Gelbart
Actualités
  • sam. 15 juin
    Exposition
    La rue devient une galerie
    Pour célébrer le patrimoine mondial de l’UNESCO cet été, profitez d’un petit tour de France en image des repr&...
    + en savoir plus
Documents à télécharger
CHALONS FOCUS UNESCO.pdf
Vidéos
ÉVENEMENTS CULTURELS

Centre d'interprétation de l'architecture et du patrimoine Propose des visites guidées, des activités éducatives, des expositions...
Ouvert du mardi au samedi de 14h00 à 18h00
68, rue Léon Bourgeois
Tél :  03.26.69.98.21
Courriel : animation.patrimoine@chalonsenchampagne.fr
Le programme du service Ville d'Art et d'Histoire :
www.chalonsenchampagne.fr



Une visite audioguidée
en ligne sur www.chalons-tourisme.com


Le Musée du cloître de Notre-Dame en Vaux présente les éléments de sculpture de l'édifice disparus au XVIIIème siècle et retrouvés lors des fouilles entreprises à partir de 1963.
Rue Nicolas Durand


Une visite virtuelle du Muséehttp://www.chalonsenchampagne.fr

CONTACTS

Office de Tourisme
3, quai des arts - 51000 Chalons en Champagne
Tél. : 03 26 65 17 89
www.chalons-tourisme.com

ACCÈS

A pied : itinéraire de Namur à Vézelay vers Saint-Jacques-de-Compostelle (GR®654), la Via Francigena (GR®145)


En voiture : A26, A4


En train : gare SNCF de Chalons en Champagne, www.voyages-sncf.com ou www.ter.sncf.com/champagneardenne

La première mention certaine de l’église remonte à l’année 850. Sa situation à l’extérieur des murs de la ville, près de la rivière du Mau et de ses affluents, explique son vocable Sancta Maria de Vallibus, devenu Notre-Dame-en-Vaux.

Dans une période de prospérité due aux célèbres foires de Champagne, la construction d'un nouvel édifice est entreprise vers 1145-1150. Mais, en 1157, une partie du bâtiment s’écroule sans faire de victime. Cet événement considéré comme miraculeux est à l’origine d’un pèlerinage marial d’ampleur régionale. L'afflux des dons des pèlerins et la participation des habitants au chantier permettent de terminer la construction. L'édifice sera remanié dans les siècles suivants.


Au XVIe siècle, des vitraux donnés par de riches paroissiens viennent décorer les baies des bas-côtés de la nef. Une verrière consacrée à saint Jacques est offerte en 1525 par Jehan Lallement et sa femme Anne Chenu. Elle a été réalisée et signée par le maître-verrier Mathieu Bléville.