unesco chemin compostelle 20 ans

Chargement...
btn plan

Ancienne abbatiale

Saint-Gilles
Gard, Occitanie
Ancienne abbatiale©ACIR / JJ GelbartAncienne abbatiale©ACIR / JJ Gelbart
Actualités
  • sam. 11 mai
    Exposition
    « Les Terres : miroir du monde »
    L’exposition « Les Terres : miroir du monde » rassemble cinq œuvres de l’artiste Kôichi Kurita, récemment e...
    + en savoir plus
Vidéos


ÉVENEMENTS CULTURELS

Musée de la Maison Romane
Place de la Maison Romane - 30800 Saint-Gilles
Tél : 04 66 87 40 42
Courriel : maisonromane@ville-saint-gilles.fr

CONTACTS

Office de Tourisme
1, place Frédéric Mistral
30800 Saint-Gilles
Tél : 04 66 87 33 75
Courriel : contact@ot-saint-gilles.fr
Site internet : http://tourisme.saint-gilles.fr

ACCÈS

  • A pied : Voie d'Arles (GR®653), chemin de Régordane (GR®700)

  • En voiture : Depuis Nîmes (21km) par D42
    Depuis Arles (18km) par D572n
    Depuis Montpellier (60km) par N113 puis D6572

  • En car : Tango - Ligne 42 au départ de Nîmes

  • En train : Gare SNCF de Nîmes www.ter-sncf.com

  • En avion : aéroport de Nîmes (à 13km)  


 

La forte attractivité du culte de saint Gilles, connu jusqu’en Russie comme l’atteste une inscription récemment découverte par les archéologues, explique l’ampleur et l’extraordinaire architecture de l’ancienne église abbatiale, que l’inachèvement d’un projet trop ambitieux et les vicissitudes des guerres de Religion et de la Révolution française ont réduite à un état fragmentaire, témoin malgré tout de sa splendeur passée.

La grande église de la fin du XIIe et du début du XIIIe siècle, longue de près de 100 mètres, se distinguait par trois éléments : la crypte sous sa nef à trois vaisseaux, église inférieure longue de six travées autour du tombeau du saint conservé in situ depuis le haut Moyen Age ; l’architecture complexe de son chœur à déambulatoire et chapelles rayonnantes, le plus vaste de ce type bâti en style roman ; l’ampleur et la qualité du décor sculpté qui ornait jadis non seulement la façade occidentale, mais aussi le chœur, les portails du transept et le cloître.


De nos jours c’est avant tout la façade qui témoigne de la gloire passée du monastère. L’influence antique y est omniprésente, dans les colonnades qui séparent les trois portails, dans le drapé de l’habit des apôtres, dans l’élégance et le graphisme des feuilles, fleurons et rinceaux d’acanthe, et dans les scènes de la frise de la Passion qui rappellent l’art des sarcophages paléochrétiens, si nombreux dans la région autour des anciennes cités romaines d’Arles et de Nîmes.